20h30, dans le métro. Je lis un énorme pavé, debout appuyée contre la cloison. Il n'y a pas beaucoup de monde, l'heure difficile est déjà passée. Non loin de moi un type attire mon attention, je lève les yeux. La trentaine, il porte des mocassins en sky, un pantalon de costume gris un peu trop vaste, un vague blouson marron, de grosses lunettes. Il est penché à la perpendiculaire. Il essaie de lire le titre de mon livre.

Dès qu'il voit que je le regarde, il se redresse (il y a du chemin). Il se penche à nouveau deux fois, très bas, comme pour s'excuser, ou bien me saluer, je ne sais pas. Je souris, un peu gênée, et je me replonge dans mon livre.

Le type attend un instant et me dit en anglais "good evening". Je lui réponds "good evening". Alors il s'approche de moi (que n'ai-je pas dit là), et regarde le livre et me demande en chinois - C'est en anglais ou en français? - C'est en Français. - Ah. Il regarde le livre, tend la main pour en observer la couverure, les pages intérieures. Il a l'air perplexe. En anglais: - "what difference between english and french? - it is totally different. - no difference? - no, totally different. - totally? - yes. (je ne vais pas me mettre à lui faire la généalogie des langues indo-européennes quand même). Il est de plus en plus perplexe. Il reste près de moi un moment, à tourner le livre dans tous les sens, puis le lâche et me dit "excuse me, my station".

Avant de quitter le wagon, il se retourne à nouveau vers moi d'un air fébrile,  me salue à nouveau bien bas, deux fois, et fait une sortie théâtrale.  Je me demande encore s'il ne s'est pas cassé la figure sur le quai.