27 septembre 2006

Avenue du Temple des lamas, 21h.

Sur le large trottoir de la grande avenue encore animée, est accroupie une petite fille, deux couettes bien relevées sur la tête, elle fait ses devoirs. Au milieu des passants et des colporteurs, devant la boutique de ses parents, elle recopie soigneusement des mots sous l'oeil attentif de sa maman. Pour dessiner des caractères mieux proportionnés, elle a choisi le meilleur quadrillage qui soit: les pavés du trottoir. Elle s'applique à les remplir un par un, avec une craie rose, de caractères encore un peu hésitants. Son cahier... [Lire la suite]
Posté par pekinoscope à 17:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

07 septembre 2006

Monsieur Li, chauffeur de taxi.

- D'où vous venez? - On est Français. - Ah la France! Zidane! - Oui, Zidane... - Avec son coup de tête, il a été génial! - Ben euh, oui. O a perdu quand même... - Oui mais il a bien fait, faut pas se laisser insulter comme ça. ... - Vous savez j'ai appris le français avant, écoutez: "Je suis un soldat rouge de Mao" [On se regarde, pas sûrs d'avoir bien compris]. "Le président Mao est mon camarade rouge". [Ouah...] Vous savez ce que ça veut dire? - On dirait des phrases de la... [Lire la suite]
Posté par pekinoscope à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 août 2006

A tombeau ouvert

Grand mystère... Comment ai-je donc fait pour ramener mon coffre jusque chez moi? En effet il y en a des kilomètres qui séparent Gaobeidian du Temple des Lamas... Pour l'instant vous vous en êtes arrêtés, si je ne m'abuse, au vrombissement du moteur. Je vais devoir vous décevoir quelque peu... Au milieu de tout ce fatras, sur la terre battue, parmi les copeaux de bois, écartant les bouteilles d'huile entamées, trébuchant sur les assiettes de la veille, enfin, vous voyez, quoi, le vendeur a fait un geste tout à fait anachronique: il... [Lire la suite]
Posté par pekinoscope à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 août 2006

Coffre

Depuis quatre mois que je suis là, voilà seulement que je commence à m'installer confortablement. A vrai dire depuis tout ce temps j'ai un peu campé dans ma chambre, je suis restée dans le provisoire, avec des affaires suspendues dans tous les coins, mal à l'abri de la poussière, juste mon lit en guise de siège, et un bureau laidissime dont le tiroir central me tombe sur les genoux. "En attendant". En attendant quoi, on se le demande. J'ai donc décidé de prendre les choses en main. Alors je suis allée dans le paradis du... [Lire la suite]
Posté par pekinoscope à 17:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 août 2006

Sans commentaire

" -Vous êtes de quel pays?- Je suis française.- Je demande comme ça parce-que la dernière fois j'avais une cliente allemande, j' essayé de deviner sa nationalité, j'ai dit russe, et elle s'est fâchée. Vous savez pourquoi?- Parce-qu'elle a pensé que vous la preniez pour une prostituée?- Oui, c'est ça! Maintenant je fais attention, je ne dis plus russe! Mais bon, elles sont pas toutes comme ça les russes, non plus.- Ah ben non, c'est sûr."...Puis soudain:"- Le président américain, quand même, c'est un connard. Il passe... [Lire la suite]
Posté par pekinoscope à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 août 2006

Flux

Ce matin dans le métro on nous a changé notre parcours. Forcément j'étais toute perdue. D'habitude on doit sortir du métro à Xizhimen pour quitter la ligne 2, puis rentrer dans un autre bâtiment de l'autre côté de la rue pour prendre la ligne 13. Ce qui provoque chaque jour une véritable transhumance entre les deux côtés de la rue, un flot de moutons qui rentre et qui sort, et qui se croise tant bien que mal au milieu des voitures, des vélos et des vendeurs de chatons. Jusque là c'était bien organisé à l'intérieur des stations. Des... [Lire la suite]
Posté par pekinoscope à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2006

chai le

Voilà, ça y est, c'est cassé... Finalement, seules trois maisons ont subi la démolition. Le café de la poste et ses deux voisines. Je n'ai pas très bien compris dans quelle mesure le propriétaire pouvait être au courant de la décision au moment de louer le local pour le restaurant... Rendez-vous dans un mois ou un mois et demi pour la réouverture, avec 1 m 50 de profondeur en moins. Voilà pourquoi il est toujours incertain de faire des investissements immobiliers dans le centre de Pékin. Le taux de confiance est tout de... [Lire la suite]
Posté par pekinoscope à 14:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juillet 2006

Alignement

Mardi par hasard je suis passée au Café de la Poste pour dîner. Bien m'en a pris car c'était le dernier jour avant la fermeture. Non pas que l'activité marchait mal, bien au contraire. Le Café était plein presque tous les jours depuis l'inauguration. Mais il se trouve que les autorités de la ville de Pékin ont décidé qu'il était temps de remettre cette rue au propre car elle était trop de travers dans tous les sens. Etant donné son succès auprès des touristes, qui la peuplent presque entièrement, il fallait absolument la remettre en... [Lire la suite]
Posté par pekinoscope à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juillet 2006

Di Zheng

Hier vers midi, mon bureau s'est mis à bouger. J'ai levé la tête vers la cloison qui me sépare de ma voisine en face, prête à lui demander pourquoi elle se mettait à déplacer les meubles… Puis je me suis rendue compte que tous les bureaux étaient en train de bouger, et que c'est le bâtiment tout entier qui tremblait sérieusement… C'est seulement là que j'ai compris qu'il s'agissait d'un tremblement de terre… J'ai commencé à me demander s'il était temps de se cacher sous la table, quand ça s'est arrêté. Il paraît que le... [Lire la suite]
Posté par pekinoscope à 07:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 juillet 2006

Apocalypse

Le ciel nocturne est étrangement jaune. Le vent se lève. Un frisson. Des gouttes de pluie s'affalent les unes après les autres dans un lit de poussière. L'odeur acre du sable mouillé envahit l'atmosphère. Le grondement des camions est couvert par celui du tonnerre. La pluie devient tourmente et m'aveugle. Puis soudain surgit un immense bras crochu, engin de destruction impitoyable. L'énorme engin de fer se dresse au milieu des ruines et achève son oeuvre. Là sous l'orage, à la lumière des éclairs, le bras se tend vers les murs... [Lire la suite]
Posté par pekinoscope à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]